Service facile et gratuit

Je crée mon site

Dominique Baudon Plasticienne

 

Ce qui m’a plu immédiatement dans le travail de Dominique c’est son approche espiègle du thème de la femme au travers d’une visualisation très rythmée, et, plutôt ludique.  Le sujet, donc la femme, son corps, son visage, ses mains, y est énergiquement mais aussi gracieusement malmené.

 ELLE : entre coquette, sainte figurine et princesse de contes de fées se laissant, ou pas conté fleurette… Afin que ce corps dépasse un regard, « habitué », et en révèle sa quintessence, son sous-jacent, une âme, Dominique puise dans les magazines sa matière première et transforme les icônes refroidies qu’elle y trouve en individualités.

 Donner la vie.

 La question de l’humain et du non humain est posée. Produire les émotions de l’homme face à la monstruosité ou à l’inanimé. Le travail : provoquer la surprise. Pour signifier sa thématique, elle a réduit ce corps photographié, elle l‘a reproduit, fragmenté, désintégré en faisant de la poupée la figure centrale, et significative de son art.  

La matière c’est le papier. Les couleurs du travail sont passées, élégantes et intemporelles. Les outils du plus traditionnels (collages) au plus pointus (copier-coller-photoshop).

Entortiller, entremêler, tortilloner, ouvrir, déchirer, puis répéter, mettre en avant à l’aide de collages, de ressorts, de fils, métalliques, des parties et des détails -   qui n’en sont pas -. Mais aussi décortiquer pour en découvrir les signes fondamentaux : l’œil, la bouche ou le nez, le doigt, nommés et aussi vite transformés en abécédaire disposé.

Alors avec légèreté, des yeux boules nous observent, des doubles visages têtes fantomatiques à personnalités multiples nous sourient, les doigts se multiplient, se pointent et jouent entre eux.

En face à face énigmatique, la question du regard est posée : qui fixe l’autre ?

 

2008 Nathalie Pirotte Pasticienne